Croix-Rouge Française - Plateforme d'Intervention Régionale Amériques Caraïbes

Plateforme d'Intervention Régionale Amériques Caraïbes Samedi 21 Octobre 2017

Prepa-réponse

Interview de la PIRAC dans le dossier "Cyclones" de France Antilles

24/08/2012

Chaque année, lors de la saison cyclonique, le quotidien France-Antilles édite un dossier spécial "Cyclones", ceci afin d'informer la population et de mieux l'aider à gérer l'arrivée prochaine d'un ouragan.
Ce dossier regroupe des reportages, conseils pratiques, interviews de professionnels...La PIRAC (Plateforme d'Intervention Amériques Caraïbes) s'est prêtée au jeu des questions/réponses:

Pourquoi la PIRAC ?
Au-delà de la saison cyclonique chaque année, les îles et les pays continentaux sont exposés à un risque de tremblement de terre permanent, à l’activité volcanique, aux crues de saison, à des sécheresses régulières et à de potentiels tsunamis. L’insularité des territoires est parfois un facteur qui entrave l’efficacité de la réponse aux catastrophes. C’est la raison pour laquelle, la Croix Rouge française et les conseils régionaux de Guadeloupe, Martinique et Guyane ont créé en 2005, la Plateforme d’Intervention Régionale Amériques Caraïbes (PIRAC) au cœur de la région Caraïbe. Fondée sur les principes du Mouvement International de la Croix Rouge, la PIRAC est un outil opérationnel efficace, autant en matière de prévention, de préparation, de réponse que de réhabilitation face aux aléas naturels.
La PIRAC entretient des relations régulières dans la zone avec les représentations Croix-Rouge des 5 territoires français de la zone, 16 pays indépendants, les Etats-Unis, le Canada, l’Espagne, la Finlande, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas présentes en permanence dans la région, 3 entités régionales de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant rouge (FICR), et le Comité International Croix-Rouge (CICR).

Comment se concrétise l'intervention de la PIRAC ?
L'intervention de la PIRAC s'organise autour de quatre domaines différents:
- le domaine des soins de santé de base et au soutien psychologique
- le domaine de l'eau et l’assainissement
- le domaine de l'abri/construction
- le domaine de la logistique et de la distribution
Elle se caractérise par la mise en place de 11 programmes dans la zone, développés à travers trois grands axes : la prévention, la préparation, la reconstruction et la réhabilitation
Ce sont au total 64 629 bénéficiaires qui sont concernés par ces programmes.

A quoi sert-t-elle ?
La PIRAC, outil d’appui pour la gestion des catastrophes sur une zone donnée est auxiliaire des pouvoirs publics français. Son rôle consiste à la fois à renforcer les capacités des sociétés nationales Croix-Rouge de la Caraïbe en matière de gestion des risques mais aussi d’appuyer les activités régionales conduites par les délégations territoriales de la zone (Guadeloupe, Martinique, Guyane, St Barthélemy, St Martin). Remplissant sa fonction première de structure d’intervention, des stocks humanitaires ont été stratégiquement pré-positionnés dans les trois DFA (Guadeloupe, Martinique, Guyane), dans le but d’être déployés pour soulager les populations en souffrance de la région Caraïbe.

La PIRAC a-t-elle des moyens ? Quels sont-ils ?
La PIRAC s’appuie sur des équipes régionales d’intervention (EIRAC ou RIT) constituées afin d’accompagner l’aide matérielle. Ainsi, dans la zone Antilles, des bénévoles compétents sont régulièrement formés dans des domaines tels que la santé, le secours, le traitement et la distribution de l’eau. Ils sont prêts à être déployés en tant qu’équipe d’appui hautement qualifiée
En plus des ressources humaines, la PIRAC dispose de matériel humanitaire et logistique respectivement pré-positionnés dans les trois entrepôts : en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane
A la veille de la saison cyclonique, au 31 mai, nos équipes sont prêtes à être déployés en cas d’urgence dans la zone.

A-t-elle été efficiente ces dernières années ? Où ? Comment ?
A travers les 14 pays et les 5 territoires français dans lesquelles elle intervient la PIRAC a réalisée des opérations d’urgence avec succès au Venezuela, au Nicaragua, le long du fleuve du Maroni au Suriname, en Guyane, en Martinique, en Jamaïque, et récemment en Haïti, à St Vincent et à Ste Lucie.

Nous pouvons détailler en particulier les deux dernières interventions majeures de la PIRAC en 2010.

En Haïti par exemple, la PIRAC a été mobilisée dès les premières heures qui ont suivi le séisme du 12 janvier 2010. Ceci en lien avec les délégations de la Croix-Rouge Française en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à Saint-Martin, et Saint-Barth. Des ressources humaines et matérielles ont été déployées des stocks régionaux.
Au total, ce sont 21 équipiers (13 volontaires du domaine médical, 04 du domaine de l’eau et de l’assainissement, et 04 du domaine de la logistique et de la distribution) dont 1 venant en renfort à la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Grâce à ces ressources humaines ce sont près de 100 tonnes de matériel qui ont été envoyées, vers Haïti par bateau ou par barge grâce à la collaboration du Conseil Régional et Général, du Ministère des affaires étrangères, des militaires et de l’Etat-major de zone Antilles.

A Ste-Lucie , suite au passage de l’ouragan TOMAS en novembre 2010, la même chaine de secours s’est organisée afin de venir en aide à la Croix-Rouge de Sainte-Lucie. Du matériel provenant des stocks PIRAC de la Guadeloupe et de la Martinique a été acheminé grâce à l’appui de la compagnie L’Express des Iles, qui a accepté gracieusement de transporter via deux chargements qui ont permis de venir en aide rapidement aux personnes sinistrées.


Matériel prépositionné
- 2 téléphones satellitaires
- 2 radios HF installées en Martinique et en Guadeloupe, permettant de garder une capacité de communication avec les autres Croix-Rouge des Petites Antilles après une catastrophe
- 6 radios portables
- 3 véhicules 4X4, avec une capacité de traction pour les centres d’hébergement d’urgence prépositionnés dans chacun des DFA

Cliquer sur les images pour les agrandir.